Les commentaires sont fermés.

Bram van Velde (1895-1981)

Néerlandais, peintre en décoration et étudiant d’art au Mauritshuis de La Haye, il reçoit le soutien d’une famille de collectionneurs qui lui permet de voyager en Europe. La rencontre des expressionnistes près de Brême est déterminante, puis il s’installe à Paris, où il découvre Matisse et Picasso, et se lie d’amitié avec Samuel Beckett. Eprouvé par la guerre, il cesse toute activité jusqu’en 1945. Ses expositions après-guerre sont des échecs. Ce n’est que dans les années 1960, qu’il connaît la reconnaissance et influence les artistes de l’expressionnisme abstrait.

Hans Hartung (1904-1989)

Figure majeure de l’art abstrait, il réalise dès les années trente à Paris ses premières « taches d’encres », initiant ainsi le courant du tachisme ou action paiting. Après la Seconde Guerre, où il s’illustre par son engagement, il est reconnu comme l’un des chefs de file de l’art informel, aux côtés de Schneider, Soulages ou Rothko. Dès les années 60, l’utilisation de nouvelles techniques (grattage, larges brosses, pistolets, aérographes, balais de genêts, tuyaux d’arrosage, rouleaux de typographes) donne naissance à des oeuvres telles que celle que nous vous proposons.

Jacques Germain (1915-2001)

Jean-Paul Riopelle (1923-2002)

Né à Montréal, peintre précoce, élève de Paul-Emile Borduas, Riopelle s’engage dans l’abstraction en faisant partie du mouvement des Automatistes (peinture intuitive, non-représentative, équivalent québécois de l’expressionnisme abstrait). A Paris, dans l’après-guerre, il fréquente Breton et les Surréalistes. Sa technique du all-over, élimination de la perspective par superposition de couches multiples de « taches », se rapproche du dripping de Jackson Pollock, mais se pratique sur chevalet. Il explorera la technique du pochoirs et de l’aérosol, et reviendra tardivement tardivement vers la figuration.

Natalia Dumitresco (1915-1997)

Diplômée des Beaux-Arts de Bucarest et épouse du peintre Alexandre Istrati, elle rejoint Paris avec lui en 1947. Ils y sont accueillis par leur compatriote Brancusi qui les héberge dans un atelier. Leur amitié durera jusqu’au bout : tous trois partagent une tombe au cimetière du Père-Lachaise. L’abstraction de Dumitresco, qui mêle géométrie et fantaisie, évoque des topographies urbaines, des parcours ludiques, des espaces complexes mais vivants.