Les commentaires sont fermés.

Asger Jorn (1914-1973)

Né Asger Oluf Jørgensen au Danemark, intellectuel érudit autant que peintre, il arrive à Paris à 22 ans pour travailler auprès de Kandinsky, Fernand Léger et Le Corbusier. Son engagement communiste le pousse à la Résistance dans le Danemark occupé, mais il rompt après-guerre avec le PC danois qu’il considère trop bourgeois et centralisé. Son essai iconoclaste Banalités intimes, écrit en 1941, annonce l’art brut de Dubuffet en couronnant le paysagisme amateur et l’art kitsch comme sommet de l’art contemporain. En 1948, il fonde à Paris en compagnie d’Appel, Constant, Corneille et Dotremont le mouvement CoBrA qui prône une spontanéité inspirée par l’art primitif, le dessin d’enfant et des peintres comme Klee ou Miró. Il se lie avec Guy Debord et joue un rôle crucial dans l’émergence de l’Internationale Situationniste en 1957. Une de ses séries les plus célèbres consiste en détournements « vandales » de tableaux quelconques (Modifications en 1959 et les Nouvelles défigurations en 1962).


Référence : le site Richelieu de la BnF possède un exemplaire de chacune de ces estampes.

Jacques Villeglé (né en 1926)

Karel Appel (1921-2006)

Néerlandais, il étudie aux Beaux-Arts d’Amsterdam où il rencontre Corneille et Constant. Avec eux, et en réaction notamment à l’austérité du mouvement De Stilj, il rejoint en 1948 le mouvement CoBrA (premières lettres de Copenhague, Bruxelles et Amsterdam) aux côtés d’Asger Jorn ou Pedersen. Avec ses couleurs éclatantes et son pinceau large et brusque, ses figures à la fois sympathiques, merveilleuses et inquiétantes, fidèle au dessin d’enfant, Appel est peut-être la meilleure incarnation de CoBrA.

Sigismond Kolos-Vary (1899-1983)

Hongrois, étudiant à l’école des Arts Décoratifs de Budapest, Kolos-Vary vend ses premières toiles à Paris, inspiré par l’expressionnisme et le cubisme. Ce n’est qu’à la fin des années 50 qu’il trouve son style particulier, synthèse d’abstraction, de couleur expressionniste et d’échos au réel (ses « plans » évoquent autant des horizons que des tables de natures mortes).

Suzanne Conche

Walter Stöhrer (1937-2000)

Elève de Grieshaber à l’Académie des Arts de Karlsruhe, il adhère au mouvement de la Nouvelle Figuration et s’oppose à l’abstraction qui domine les années 50. Influencé par la figuration enfantine des CoBrA, les « dessins psychanalytiques » de Pollock ou encore l’art brut, il développe, dans sa peinture et sa gravure, un geste rapide, furieux, entre composition et spontanéité.

Wouter Piersma

L’artiste néerlandais Wouter Piersma dépeint le port et les paysages des environs de sa ville natale Velsen, jusqu’aux années 60 où il invente des créatures fantastiques humanoïdes, influencé par les artistes de CoBrA et l’art brut. Dans les années 70 il prend le nom d’Ipitsj Piersma. Il est exposé au Musée Frans Hals et dans diverses collections locales.